LES PROMENEURS SOUS LA LUNE, Zidrou et Mai Egurza (bande dessinée)

Une bande-dessinée en un seul tome, ça fait toujours du bien ! Je cherchais une BD sympa et j’ai eu la chance de tomber sur celle-ci.

les-promeneurs-sous-la-lune

Les Promeneurs sous la lune raconte donc l’histoire d’un homme et d’une femme qui se réveillent de nouveau dans le même lit. Oui, mais sans s’être couchés ensembles. Chaque nuit, pendant leur sommeil, l’homme parvient à se glisser chez elle, malgré les serrures et verrous.

Et si le somnambulisme était une maladie ? Qui plus est une maladie contagieuse ? C’est un peu le propos de cet ouvrage.

Bien sûr, on a ici l’inconvénient du one-shoot : certains resterons peut-être un peu sur leur faim. Les personnages sont attachants et on les quitte un peu trop tôt. Cela dit, le format court est très bien géré, il n’y a pas cette impression d’histoire raccourcie ou bâclée que l’on trouve parfois dans les histoires courtes ou en un seul tome. Ici, les auteurs prennent le temps de s’attarder sur les détails, nous racontent tout le superflu et le quotidien qui font le charme de l’histoire.

C’est une histoire qui est vraiment drôle et tendre, qui fait plaisir à lire.

Pour ce qui est des images, elles sont très belles. Les personnages ont de bonnes bouilles, et le héro masculin un superbe pyjama. La gestion des couleurs est vraiment plaisante, et dans l’ensemble, c’est plutôt doux et vivant, ce qui colle tout à fait au style de récit.

Un petit coup de cœur que je vous conseille donc. Vous ne vous plierez pas de rire devant cette BD, mais il y a de quoi faire sourire et apporter un peu de joie de vivre à votre journée.

Publicités

FAITES-MOI RÊVER !

VOUS QUI PASSEZ PAR LÀ, faites-moi rêvez !

Dites-moi ce que vous lisez en ce moment (ou le dernier livre que vous ayez lu), le dernier film que vous avez vu. Quels sont vos projets de lecture / visionnage ?

Et qu’avez-vous mangé à votre dernier repas ?

Prenez soin de vous !

-et n’oubliez pas de manger 5 fruits et légumes par jour et de pratiquer une activité sportive régulière ! 😉 –

ENTRE CIEL ET TERRE T.1, Golo Zhao (BD)

ciel terre 6

Entre Ciel et terre est un manhua, c’est-à-dire l’équivalent chinois d’un manga. On suit ici l’histoire d’un jeune homme et les évènements étranges qui se bousculent autour de lui.

Au premier tome, on peut dire que l’histoire se met lentement en marche. On ne sait pas encore grand-chose, mais on devine seulement de quoi il s’agira probablement. Il faudra attendre la suite pour juger de l’histoire. Pour le moment, c’est un peu mou, mais pas ennuyant et la narration est bien faite.

livre

Je n’avais pas choisi ce livre pour ses dessins, d’autant que la couverture ne m’attirait pas spécialement. Cependant, je me suis beaucoup arrêtée sur les images, surtout au début de l’ouvrage. Les dessins sont simples mais travaillés et très beaux. C’est rare, dans ce genre de livres, d’avoir une dominante sombre, mais il y a ici de grands aplats noirs. D’un point de vue graphique, c’est très réussi, et les images de début de chapitre sont aussi très réfléchis, ils apportent souvent quelque chose à l’histoire, suggèrent ce qui n’est pas dit.

ciel terre 3

ciel terre

À suivre, donc, au moins pour le dessin de l’auteur. Le décor est bien mis place, reste juste à savoir ce que Golo Zhao en fera.

PANCAKES SARRASIN (recette)

IMG_6195

 

Pour une dizaine de gros pancakes ou une montagne de petits !

 

Ingrédients :

200g de farine de sarrasin

3 bonnes c. à s. d’arrow-root

2 c. à c. bombes de levure

1 pincée de cannelle

Facultatif : 4 à 6 c. à c. de cacao en poudre

3 c. à c. de sirop d’agave (ou plus)

3 c. à s. de fromage blanc de soja

300 ml de lait de riz

Une pincée de sel

 IMG_6049

Dans un saladier, mélangez tous les ingrédients secs à l’aide d’une fourchette.

Ajoutez le sirop d’agave et le fromage blanc, mélangez à nouveau, puis incorporer petit à petit le lait en battant pour obtenir une pâte lisse et homogène. Normalement la pâte sera un peu épaisse (plus qu’une pâte à crêpe, moins d’une pâte à gâteau 😉 ).

Pas la peine de laisser reposer : vous pouvez mettre la poêle à chauffer, huiler légèrement pour les premiers pancakes et verser la pâte. Retournez les pancakes lorsqu’ils deviennent plus mâts et que les petites bulles se multiplient à sa surface.

Notes :

Moi aussi j’adore les pancakes chauds, mais ceux-ci gagnent à reposer un peu, ils en deviennent plus moelleux. Rien ne vous empêche de les reposer, cela dit !

Ils sont très peu sucrés, donc si vous les mangez nature, je vous conseille d’augmenter les quantités de sirop d’agave. Vous pouvez le remplacer par du sucre en poudre, doublez alors les quantités. Ou alors optez directement pour une version salée, c’est aussi très bon (dans ce cas, oubliez le chocolat, le sirop d’agave et la cannelle).

J’ai choisi de la farine de sarrasin car j’aime beaucoup son goût, mais vous pouvez aussi utiliser de la farine blanche pour cette recette.

Si vous n’avez pas de fromage blanc, vous pouvez le remplacer par de la compote (attention au parfum de la compote si vous choisissez de mettre tout de même du cacao : pomme/ poire ou banane irait probablement mieux qu’abricot…).

Vous pouvez utiliser un autre lait, celui d‘avoine est un peu épais et se marie très bien avec le sarrasin, mais vous devrez peut-être en mettre une larme en plus.

RESSAC, compagnie Gare Centrale (théâtre)

Ressac est une pièce de théâtre aussi étrange qu’incroyable.

Tout d’abord, du théâtre d’objet.

Si vous ne connaissez pas le théâtre d’objet, sachez juste que celui-ci peut prendre des formes vraiment très variées. Si ça vous intéresse, vous trouverez plus d’informations à ce sujet visitant les liens que je vous laisse en fin d‘article. Ici, il s’agit de petits objets, de maquettes, de figurines et autres accessoires que les acteurs placent sur le table devant laquelle ils sont assis. Comme deux enfants qui jouent, ils déplacent ces éléments en nous contant une histoire.

« Once upon a time, a copple. »

Voici le leitmotiv de cette histoire, celle d’un couple qui a tout, tout perdu. Echoués sur une île, ils tentent alors de rebâtir leur richesse d’autrefois.

L’interaction entre les deux personnages est au top, autant que le passage d’une langue à l’autre. Parce que oui, cette pièce est bilingue : français / anglais. Anglophobes, ne vous enfuyiez pas, pour ce qui est de l’anglais, ça reste à un niveau tout à fait accessible. C’est de l’anglais de français, avec des mots en français quand c’est trop dur, avec un très bel accent français et tout. L’utilisation des deux langues constitue donc plus une situation comique qu’autre chose.

Entourés de toutes sortes de babioles, mais aussi de quelques effets spéciaux (*TIN-NIN-NIN-NIIIIN*), le théâtre qu’ils montent est impressionnant.

C’est un spectacle vraiment drôle et bien fait, mais pas seulement, alors si vous avez l’occasion de le voir, je vous le conseille.

Apparemment, ce spectacle est « la suite » d’un premier (appelé « Troubles »), qui ne passe malheureusement plus.

C’est assez dur de trouver des infos sur ce spectacle, mais il passe encore dans certaines villes, alors si vous le voyez à l’affiche près de chez vous, n’hésitez pas !

L’adresse de la compagnie : http://www.garecentrale.be/

Et vous ? Avez-vous vu l’un de ces deux spectacles ?

Avez-vous déjà vu un spectacle de théâtre d’objet ?

Plus d’informations sur le théâtre d’objet :

http://www.lintermede.com/theatre-objet-marionnettes-isabelle-bertola-paris-cuisine-manarf-analyse-critique-interview-piece.php (article présentant et questionnant les limites du théâtre d’objet)

http://agon.ens-lyon.fr/index.php?id=1936 (long entretien cité sur la source précédente)

http://www.cndp.fr/crdp-reims/poletheatre/service_educatif/theatredobjets.pdf (un « cours » plus classique, et plus long)

Si vous connaissez des liens intéressants ou si vous avez lu des livres à ce sujet, n’hésitez pas à les citer !

TANT QUE NOUS N’AURONS PAS DE VISAGE, C.S. Lewis (roman jeunesse)

Tant Que Nous N’Aurons Pas De Visage, c’est d’adaptation d’un mythe grec par C.S. Lewis. Il raconte l’histoire d’un roi, n’ayant que des filles (et pas de fils pour lui succéder), qui se voit contraint d’en sacrifier une aux dieux pour les apaiser.

couv visage

Ce qui est surprenant, c’est que l’auteur commence, dans l’introduction, par nous raconter le mythe en question, nous dévoilant ainsi pratiquement toute l’histoire qu’il s’apprête à raconter. Moi qui suit une parano des spoilers (vous aurez peut-être remarqué que j’essaie de vous en dire le minimum dans les résumés, parce qu’en ce qui me concerne, j’aime avoir la surprise), j’avoue avoir été un peu déçue sur le coup, même si finalement l’histoire ne suit pas exactement le récit de base. Cela dit, même si, sur le coup, je me suis dit qu’il aurait mieux valu ne pas lire cette intro, a posteriori, je ne regrette pas de l’avoir fait. Explication : ce roman est une très belle adaptation du mythe de base, pour s’en rendre vraiment compte, il faut donc connaître le mythe de base (logique). Il reste donc la possibilité de lire l’intro seulement après avoir lu le livre, mais ça perdra probablement de son intérêt, d’autant que vous serez peut-être déçus de découvrir le mythe de base, qui est quand même simple et court en comparaison du roman. A vous de voir, donc et donnez-moi votre avis à ce sujet !

Comme je l’ai dit, c’est une très bonne adaptation; principalement parce que l’auteur choisit de nous raconter l’histoire du point de vue d’un personnage, avec toute l’incertitude et la subjectivité que cela implique. Il nous permet de suivre son cheminement de pensée et les évolutions du personnage. C’est surtout pour cette raison que j’ai apprécié ce livre, cependant, ce n’est pas sa seule qualité. L’histoire est intéressante, et bien écrite.

Il y a aussi tout le combat qui se tisse au fil de l’histoire, entre la raison et la croyance. L’héroïne est tiraillée entre la logique grecque qu’on lui enseigne et la foi dans laquelle elle a été élevée, représentées chacune par un personnage qui compte beaucoup pour elle. Cette dualité est aussi bien représentée qu’elle trouve un dénouement plutôt inattendu.

Le personnage principal, Oural, m’a beaucoup plu. C’est une jeune fille très forte, qui est radical dans ses décisions, mais reste mitigée en pensées, ou plutôt en continuel combat. Les relations entre les personnages sont très bien dépeintes et très vraies. C’est d’ailleurs le principal point fort de ce livre, et aussi sa valeur ajoutée par rapport au mythe.

C’est donc un livre vraiment intéressant, mais aussi très humain, que je vous conseille.

P.S. : C.S. Lewis est aussi l’auteur de la série Narnia.

Je n’ai pas lu toute la série Narnia, et c’était il y a un bon moment. Cela dit, les deux histoires m’ont paru assez différentes, même s’il y a aussi un côté un peu « grec » et théâtral dans Narnia. Si vous avez lu les deux, je serai intéressée d’avoir votre avis !

CONFITURE ORANGE-POMELO (recette)

                A la base, je voulais faire une confiture au pamplemousse, mais je n’en ai pas trouvé. Cela dit, je pense que cette recette marche très bien en remplaçant le pomelo par un pamplemousse.

IMG_6057

 

Pour 2 petits pots (ou un gros)

 

Ingrédients :

2 oranges & 1 pomelo (environ 550g de pulpe et de jus)

10cl d’eau

280 à 300g de sucre blond

 IMG_6189

Zester les agrumes ( /!\ Utilisez des fruits bios, sinon zappez cette étape!).

Les éplucher et les débarrasser au maximum de leur peau blanche puis peser la pulpe et le jus obtenus. Les placer dans une casserole avec 50 à 60% de leur poids en sucre (la quantité de sucre est à adapter selon vos goûts) et 10cl d’eau.

Placer les fruits, le zeste, le sucre glace et l’eau dans une casserole à feu vif et porter à ébullition. Laisser bouillir 10 min puis baisser le feu et laisser cuire environ une heure à couvert.

Prélever environ 20cl de liquide à l’aide d’une cuillère.

Laisser cuire une heure à couvert. Si la confiture est encore trop liquide, prélever de nouveau 20cl de liquide.

Mettre en pot et laisser refroidir, servir avec des raisins secs.

Notes : Cette confiture est amère, c’est pour cela que je vous conseille de la servir avec des raisins secs. Si vous souhaitez la mixer, vous pouvez les mixer avec le reste de la préparation.

> Les quantités de sucre sont à ajuster selon vous goûts! Le plus simple est de goûter un peu en milieu de cuisson.

TU DORS NICOLE, Stéphane Lafleur (film)

Avec Julianne Côté, Catherine St-Laurent, Francis La Haye, Simon Larouche, Godefroy Reding et Marc-André Grondin

 affiche tu dors Nicole

Tu dors Nicole, c’est un film qui sent bon l’été. Il raconte les vacances de Nicole, l’année de ses vingt ans. Il fait chaud, et le temps est long dans cette petite ville du Canada. Il y a quelque chose de lent et désertique dans ce film, qui représente assez bien la période estivale dans certains lieux. C’est un très beau film, qui nous offre un regard tendre (presque nostalgique) de cette vie.

Le film est en noir et blanc : un peu surprenant au début, mais on s’y habitue vite, d’autant que les images sont très belles. Ça fait du bien de changer un peu de temps en temps, et d’oublier les couleurs pour regarder différemment.

Dans le silence de la maison que ses parents lui ont laissée, va débarquer un frère, accompagné de son groupe de musique. Entre monotonie du quotidien et petits chamboulements, l’été s’écoule comme un ruisseau et Nicole rêve de ne rien faire, mais rien faire ailleurs.

Les personnages sont singuliers et touchants, ils pourraient être plus comiques dans un autre contexte, mais ce film a un côté un peu sérieux, presque absurde, qui les rend seulement très tendres. La musique suit bien l’histoire, sans en être spécialement marquante.

Enfin, j’ai beaucoup aimé la fin.

Un fim sensible, vraiment à voir.

LE CHÂTEAU DES ÉTOILES T.1, Alex Alice (BD)

1869 : La conquête de l’espace – Volume 1

Scénario et dessins d’Alex Alice

 couv chateau étoiles

                Je ne sais plus si j’en ai déjà parlé, mais je suis toujours déçue par le rendu des colorations numériques dans les bandes-dessinées. Si j’avais choisi cette BD, c’est justement pour ses dessins, dans le genre crayons gris et aquarelle, qui me plaisaient bien.

Le Château des étoiles raconte l’histoire d’une conquête de l’éther, d’une conquête spatiale à bord de ballons gonflables. L’histoire est plutôt sympa, mais je ne vais pas m’éterniser à ce sujet, parce que c’est assez dur de se prononcer sur un scénario après un seul tome.

Au début, j’ai été un peu déçue par la discordance entre dessin et ambiance de l’histoire. Comme je l’ai dit plus tôt, on a de (très beaux) dessins couleurs pastels, avec des cernés au crayon de couleur. La gestion des couleurs est très bonne, mais elle ne s’accorde pas vraiment avec l’histoire et l’aquarelle donne un côté un peu mou qui ne colle pas avec une histoire d’aventure. J’ai donc eu du mal à apprécier et l’histoire et les dessins. Cependant, tout est pardonné dans la dernière partie, notamment lors d’une scène sur fond de feu d’artifice, vraiment très réussie.

Pour ce qui est du dessin en soi, il est très appréciable, et les décors sont particulièrement travaillés (la première page cite un assistant perspective) : des châteaux, des montagnes, des ciels nuageux, tout le monde devrai trouver de quoi se satisfaire. Les personnages aussi ont de bonnes têtes, mais comme je l’ai dit, c’est surtout la couleur qui fait plaisir à voir.

Une bande-dessinée que je vous conseille pour son imagination dans les lieux créés et ses beaux dessins.

page chateau étoiles

Alors? Qui l’a lu? 🙂

LE CHANT DE LA MER, Tomm Moore (film d’animation)

Un film de Tomm Moore

                Ben et sa famille habitent sur une île, jusqu’au jour où leur grand-mère les emmène vivre en ville. Il découvre alors quelque chose à propos de sa petite sœur, Maïna.

 affiche chant de la mer

Sans hésitations un super film, les dessins sont simplement magnifiques et il faut le voir, seulement pour cela. Les personnages, et surtout les décors sont magnifiques, d’autant qu’on a le droit à l’intervention de plusieurs styles graphiques dans l’histoire.

Ceux qui détestent les films qui chantent n’ont pas à s’inquiéter (même avec Nolwenn Leroy en tête d’affiche) : une seule chanson dans ce film, vous survirez sans problèmes. Pour le reste, la bande son est très bien.

Pour ce qui est de l’histoire, j’ai admiré tout l’imaginaire déployé, mais contrairement aux avis que j’ai pu lire, le récit en soi m’a déçue. Il y a une histoire, bien sûr, et il se passe pas mal de choses, mais pour moi, tout l’intérêt se situe dans de magnifiques images. Ce n’est pas que l’histoire ne m’ait pas plu, mais elle m’a paru un peu légère et plus un prétexte à faire un film qu’autre chose, encore un film à revoir, peut-être.

Mais je conseille quand même un milliards de fois ce film, parce qu’il est vraiment très beau, c’est un film d’animation comme on n’en voit pas assez et il déborde d’imagination et de créativité. C’est un très bel univers qui est mis en place, et ce film est vraiment super bien fait, il regorge de légendes, de lieux incroyables, de personnages attachants. A voir et à revoir en famille ou non.

La bande annonce, qui donne un bel aperçu, mais gâche un peu de la surprise : https://www.youtube.com/watch?v=AShiEYDTpjk